VOYAGE A MADERE DU 01 AU 09 MAI 2019

  • -

VOYAGE A MADERE DU 01 AU 09 MAI 2019

VOYAGE A MADERE DU 1er au 9 MAI 2019

 

Mercredi 1er Mai – 22 adhérents du Cercle de Boulouris se retrouvent à proximité du parking du Manoir pour le transfert en autocar vers l’aéroport de Nice Côte d’Azur. Le décollage a eu lieu à 18h20 sur vols TAP/PORTUGAL via Lisbonne. A notre arrivée à l’aéroport de Funchal à 23h45 nous avons été accueillis par Célia notre guide et Firmino notre chauffeur qui nous conduisirent à l’hôtel Raga où nous regagnèrent nos chambres aux alentours de 1h du matin.

Jeudi 2 Mai – Après avoir pris notre petit déjeuner nous retrouvons Célia et Firmino à 9h30 pour la découverte de l’Ouest de l’île. Nous partons par la route des corniches en direction de Camara de Lobos, petit port de pêche, et les falaises de Cabo Girao, troisièmes plus hautes au monde culminant à 580 m en à pic au-dessus de la mer. Personne n’hésitera à marcher sur le plancher de verre pour regarder en bas. Nous continuons par la vallée de la Serra Agua avec ses nombreux ajoncs jaunes et nous nous arrêtons pour visiter une bananeraie. C’est à Porto Moniz que nous déjeunons et découvrons lors d’une promenade digestive ses anciennes piscines naturelles creusées dans la lave. L’excursion se poursuit par la route de la corniche entre Porto Moniz et Sao Vicente, très étroite, baignée de cascades en particulier celle du voile de la mariée. Nous visitons l’église et le village de Sao Vicente avant de rentrer à Funchal pour le dîner à l’hôtel.

Vendredi 3 Mai – Départ à 9h de l’hôtel. Modification dans le programme proposée par Célia. Nous commençons par la visite du marché très coloré de Funchal. Sur la place centrale se trouvent tous les producteurs de fruits, légumes et fleurs (mercredi ils n’auraient pas été là) sans compter à l’intérieur les étalages de poisson en particulier de l’espada (attention ne pas confondre avec l’espadon). Ensuite nous allons visiter une fabrique de broderie puis l’église du Collégio, édifice baroque du 17è siècle et terminons par la dégustation de 4 vins de Madère au Chais Oliveiras.

Après le déjeuner à l’hôtel l’après-midi étant libres certains en profiterons pour se rendre dans le centre-ville pour découvrir monuments, statues, portes peintes, édifices ou simplement flâner au bord de mer et profiter des tapis de fleurs, exposition florale… avant de rentrer à l’hôtel pour le dîner.

Samedi 4 Mai – Départ à 9h pour l’Est de l’île. Célia propose de faire le circuit en sens inverse, du brouillard étant présent en montagne ce matin. Nous pouvons voir de jour la réalisation de l’extension de la piste d’atterrissage de l’aéroport avec ses 180 piliers dans l’océan. Arrêt photo avant Machico (actuellement 2è ville mais capitale à la découverte de l’île et qui a la seule plage artificielle de sable doré) avant de partir vers Caniçal, autrefois point de départ pour la pêche au cachalot, face aux îles désertes et la superbe pointe de Sao Lourenço. A Porto da Cruz nous avons visité une usine traitant la canne à sucre : rhum et mélasse.

Nous poursuivons par la visite de Santana, village aux curieuses petites maisons au toit de chaume où certains s’abreuvèrent d’un punch maracuja ou citron. Au déjeuner à Quinta do Furao nous avons dégusté l’espada à la banane. Puis ce fut arrêt à Ribeiro Frio, véritable havre de paix, avec son élevage de truites en pleine nature  puis passant par le col de Poiso, le plus haut col de l’île, on a rejoint le Pico do Arieiro, second point le plus haut de l’île. Spectacle magique : soleil et brouillard par moment. Retour à l’hôtel pour le dîner.

Dimanche 5 Mai – Ce matin, promenade de 3 heures dans la magnifique réplique de la Caravelle de Christophe Colomb, le Santa Maria, en compagnie de corsaires, pour s’évader le long de la côte madérienne tout comme au XVe s. Ce bateau fut construit sur l’île de Madère, dans le village de pêcheurs de Camara dos Lobos. Le Santa Maria qui a représenté Madère à l’Exposition universelle de 1998 fut visité par 97 000 personnes en l’espace de 25 jours. Après un apéritif offert à bord nous sommes allés déjeuner avec Célia, qui nous avait rejoint, dans un restaurant de la vieille ville (service semi-gastronomique). Après le repas, traversée rapide à pied d’une partie du centre-ville pour regagner les tribunes qui nous étaient réservées pour assister au grand cortège de presque 3 heures de la fête des fleurs. (nombreux chars et groupes de danseurs sur des musiques diverses). Terre de fleurs luxuriantes, il était inévitable que Madère célèbre en plein printemps sa fête. Ainsi est née au XX siècle la fête des fleurs. L’événement, qui est rapidement devenu un favori de la population et des touristes, se compose d’expositions florales magnifiques, de musique et d’un admirable corso à travers les rues de la capitale de Madère avec des chars décorés de fleurs naturelles et des costumes qui semblent sortir d’un conte de fées. Retour pour le dîner à l’hôtel.

Lundi 6 Mai – Ce matin on a rejoint le village de Monte en prenant le téléphérique. De là haut nous avions une vue imprenable sur la ville de Funchal. Nous avons visité l’église dans laquelle se trouve le tombeau de L’archiduc Charles 1er d’Autriche mort à Madère et sommes partis dans des « carros » (sorte de luge-panier sur patin, contrôlée par 2 Madériens ayant aux pieds des chaussures avec des semelles comme des pneus pour freiner) pour une balade pittoresque, descente de 2 kms derrière et au milieu des voitures. Au terme de la glissade, ayant beaucoup attendutant il y avait de monde (2 bateaux de croisière ayant fait escale le matin) Célia a proposé de reporter au mercredi la visite du jardin botanique et nous sommes allés au jardin Santa Catarina en centre-ville avant de  regagner l’hôtel pour le déjeuner et le dîner, l’après-midi étant libre. Repos, promenade, visite ou shopping. Il y en avait pour tous les goûts.

Mardi 7 Mai – journée libre-repos avec déjeuner à l’hôtel. Mais il ne faut pas dire aux marcheurs du Cercle qu’on était là pour lézarder. A la demande de Rolande, Célia a pu organiser avec un guide une randonnée  dans le nord de l’île. Le parcours commence au Parc Forestier de Queimadas et suit le long de la levada do Caldeirão Verde (chaudron vert) située à 980 m d’altitude, dans la commune de Santana. La levada do Caldeirão Verde, impressionnante oeuvre d’art construite au XVIIIe siècle prend sa source dans le lit principal de Ribeira do Caldeirão Verde, traverse les versants abrupts pour transporter l’eau qui descend des montagnes les plus élevées de l’île de Madère, et arroser les terrains agricoles de la localité de Faial. Destinée à des fins agricoles, cette levada représente une importante voie de pénétration à l’intérieur de la vallée profonde de Ribeira de São Jorge et offre au randonneur une vision spectaculaire et vertigineuse de l’orographie de l’intérieur de l’île, tout en permettant la traversée de 4 tunnels creusés à même la roche en aller-retour (13 kms). En cours de balade nous avons pu admirer de magnifiques plantes et au terme de l’aller une cascade de 70 mètres de haut. De retour à l’hôtel il était temps de se préparer pour la soirée dîner folklorique à Camara de Lobos. Nous avons découvert des spécialités telles des brochettes de bœuf suspendues succulentes et des palets de maïs. Retour à l’hôtel pour la nuit.

Mercredi 8 Mai – Départ à 9 h pour la visite du jardin botanique où on a pu découvrir les plantes les plus variées et où on aurait pu y rester des heures. Retour au centre de Funchal. Nous suivons l’avenue Arriaga jusqu’au Palais Sao Lourenço où siègent les 65 députés de l’île, puis visite de la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption construite au 15è s. avec sur le parvis la statue de Jean-Paul II venu en mai 1991. Puis direction le couvent de Santa Clara datant du 15è s. d’où partirent les nonnes qui donnèrent leur nom au village de Curral das Freiras et dont l’église, revêtue des carreaux de faïence – azulejos jaunes et bleus (des 16è et 18è) parmi lesquels des exemplaires sévillans rares abrite le tombeau de Zarco découvreur de l’île. Déjeuner et Dîner à l’hôtel. Après-midi libre pour poursuivre les découvertes.

Jeudi 9 Mai – Lever matinal à 3 h. Surprise ! trop de voitures stationnées dans la descente accédant à l’hôtel. Il nous faut monter avec nos valises. 6 h vol pour Lisbonne et surprise  à l’arrivée pas 1h30 d’attente pour le vol à destination de Nice mais 4 h à cause de la grève des aiguilleurs du ciel. Arrivée à Boulouris à 16h15 tous ravis de ce merveilleux voyage épargnés par la météo de ce printemps.

Compte-rendu rédigé par Rolande improvisée accompagnatrice.